Ma méthode pour écrire une chanson ou comment écrire un texte

chanson

Cette semaine, je vais vous parler de la méthode que j’utilise pour écrire une chanson. Ici je ne vais vous parler uniquement de la partie texte. Peut-être que je ferai un autre article pour la partie musique. Il est déjà arrivé qu’on me pose la question « mais d’où te vient ces idées de chansons? ». Peut-être parce que j’aborde des sujets un peu iconoclaste. Par exemple, une des dernières chansons que j’ai écrite parle de l’ortie (Viva l’ortie). J’en ai une sur les OGM (céréales killer) ou encore une autre qui parle du coton (Coton) que je suis en train de remixer.

L’inspiration, une source divine mais…

Je pourrais dire que l’inspiration vient d’une source divine, ce qui est vrai. Il m’est déjà arrivé d’écrire des textes d’une seule traite comme si une petite voix me dictait ce qu’il fallait écrire, en quelques minutes. Par moment j’ai l’impression que ce n’est pas moi qui écrit. Alors on pourrait être tenter de penser qu’il n’y a pas besoin de méthode. En réalité, pour arriver à ce qui s’apparente à l’écriture automatique, il faut préparer le terrain. Il faut se mettre dans de bonnes conditions pour que le flux soit continu.

Une des toutes premières choses à faire, c’est de trouver un sujet. Personnellement, je parle des sujets qui m’intéressent ou qui me tiennent à cœur. Si je décide d’aborder l’ortie par exemple, c’est parce que j’ai fait une recherche sur cette plante et que je me suis rendu compte que c’était une merveille de la nature. En fait il faut être curieux de tout car tout sujet peut faire l’objet d’une chanson.

Un champ lexical, une chanson

Une fois que vous avez choisi votre sujet, il faut établir un champ lexical. Ceci va être très utile car ça va servir de squelette à votre chanson, tout en vous permettant de ne rien oublier sur le sujet que vous êtes en train de traiter. Je reviens par exemple sur ma chanson sur l’ortie: J’ai fait une liste de toutes les qualités nutritives de la plante ainsi que toutes ses utilisations. J’ai également ajouter sur cette liste les expressions comme « il ne faut pas pousser mémé dans les orties » qui m’a servi pour écrire le refrain.

Une fois ceci fait, il ne reste plus qu’à se lancer! Je commence par choisir un mot parmi la liste que j’ai faite, et essaie d’imaginer comment je peux introduire le thème. Les premières phrases sont peut-être les plus difficiles à trouver mais en laissant l’inspiration venir, elles parviennent à s’enchainer. Si jamais j’ai un blanc, ce qui arrive assez souvent, je retourne à ma liste et je continue à développer mon sujet, en essayant d’utiliser tous les mots notés.

Pour ce qui est du refrain, j’essaie de trouver la phrase clef qui sortira du lot, celle qui a le plus d’accroche. Ça peut être un jeu de mot ou une expression mais pas uniquement. Ça peut être aussi une phrase qui résume le mieux le texte.

Conclusion

Pour terminer, j’essaie de conclure ma chanson sous forme de chute. Je reviens encore une fois sur « Viva l’ortie » , j’explique à la fin qu’il n’est pas nécessaire d’aller au supermarché où ils vendent tout un tas de saloperies et qu’il vaut mieux se nourrir d’ortie si on veut rester en bonne santé.

Voilà ma méthode personnelle pour trouver l’inspiration. Il en existe sûrement d’autres mais c’est celle qui me donne la meilleure satisfaction. A vous de jouer maintenant !

Laissez un commentaire