Le Frexit, est-ce un truc d’extrême droite ? (comment l’oligarchie nous enfume)

Alors qu’en cette matinée du premier mai 2018 je prenais une orangeade dans un café parisien où une télévision diffusait en boucle les infos, je m’aperçus avec désolation que BFM TV pour ne pas la nommer, faisait la publicité de Florian Phillippot au sujet de son livre intitulé « Frexit ».

Un anecdote de manipulation

Je sais depuis longtemps que BFM est une chaîne de désinformation et qu’il vaut mieux éviter de la regarder. Mais là, vu la tartine qu’ils nous ont mis, je me suis dit ce n’est plus de la désinformation, c’est de la propagande en boucle ! Voici comment couper court à tout débat : vous associez un mot en l’occurrence « Frexit » avec un nom « Phillipot » et vous avez la bonne recette pour mettre dans la tête des gens que le Frexit est une chose d’extrême droite.

Bien entendu, dire que le Frexit est d’extrême droite est aussi stupide que de dire que l’écologie est d’extrême gauche. Cela n’a aucun sens. Mais donner du sens, ce n’est pas le but, le but c’est d’empêcher une majorité de français de penser que le Frexit est une bonne chose pour la France ou du moins une chose raisonnable ou encore qu’on peut en débattre.

Honte à Florian Philippot

Honte à Florian Philippot ancien dirigeant du FN qui, par ce livre promu, a complètement galvauder le mot Frexit (tout comme Marine Lepen). Peu importe ce qu’il contient, qu’il ait raison ou pas, le mal est fait. A chaque fois qu’on parlera Frexit, une odeur de soupçon extrémiste planera, le doute sera là. En terme de patriotisme, Philippot peut repasser. S’il était vraiment patriote, il s’abstiendrait. Mais on voit là la duplicité du personnage qui en réalité roule pour sa carrière personnelle, pour sa petite entreprise, avec l’aide complice des médias appartenant presque tous à des milliardaires qui eux se fichent comme de l’an 40 du patriotisme et du destin de la France.

L’Union Européenne, c’est quoi en fait ?

En réalité que signifie « Frexit » ? C’est la contraction de France-Exit, c’est à dire la France qui sort de l’Union Européenne, à l’instar de « Brexit ». Là tout de suite, les tenants de l’UE vont s’écrier « Houlala, c’est le repli sur soi, surtout pas ça! ». Voilà une autre propagande qui sévit depuis au moins 26 ans dans les médias. La propagande de l’Union Européenne qui consiste à faire croire que l’UE c’est la paix, c’est l’ouverture, c’est la fraternité entre les peuples, c’est plus de richesses, plus de développement…etc. Absolument tout nous prouve le contraire mais les idées sont tenaces.

Je ne vais pas démontrer ici qu’en réalité l’UE c’est la guerre avec la complicité de l’OTAN, que c’est la fermeture sur le périmètre de l’UE, que cela détériore les relations amicales entre les peuples européens, que c’est la marasme économique pour la France… Beaucoup de documentations disponibles sur le web le démontrent parfaitement.

L’Union Européenne est une administration qui n’a quasiment rien à voir avec les peuples et qui travaille pour les intérêts de grands groupes industriels et financiers. C’est aussi simple que cela. Bref, si on adopte une position honnête et sans a priori, on voit bien que l’UE nous entraine vers le désastre.

Bien-sûr l’oligarchie non élue au pouvoir (la commission européenne) ne va pas laisser son bout de gras lui échapper comme ça. Ces commissaires dont la plupart sont issus de chez Goldman Sachs, la banque d’affaire américaine, avec la complicité des multi-nationales et des médias privés feront tout pour enfumer les peuples le plus longtemps possible. Qui est à la tête de cette commission ? Ils ne pouvaient pas faire mieux : Jean-Claude Juncker, ancien premier ministre du Luxembourg qui a organisé l’évasion fiscale en Europe.

Encore une autre idée reçue : ce qui a pérennisé la paix entre la France et l’Allemagne suite à la seconde guerre mondiale, ce n’est pas l’Union Européenne mais le fait que la France possède l’arme de dissuasion nucléaire.

Une stratégie d’association d’idées sur le Frexit

Cette stratégie d’association d’idées entre Frexit et extrême droite est donc toujours à l’ordre du jour pour que des partis comme par exemple l’UPR (l’Union Populaire Républicaine) qui par ailleurs est quasiment boycotté des médias, parti qui se situe au dessus du clivage droite-gauche ne puisse pas s’exprimer librement sur le sujet sans être taxé d’extrémisme, fascisme, xénophobisme, repli sur soi…etc.

Conclusion

En conclusion, on voit que l’oligarchie est encore toute puissante pour manipuler l’opinion publique, que leur réseau est extrêmement bien ficelé. Mais pour combien de temps ? Leur proportion à désinformer est finalement à la hauteur de leur peur de perdre le contrôle. Il ne tient qu’à nous de rester vigilant et de changer tout ça.

 

Articles connexes :

Présidentielle : Les français ont donné les clef de l’Elysée aux banques

Macron : 6 bonnes raisons de ne PAS voter pour lui #présidentielle2017

« Si nous étions cohérents, nous voterions tous Asselineau » (E. Chouard) #présidentielle2017

 

Laissez un commentaire