« C’est la crise! » (titre de ma chanson) toujours d’actualité?

En 2009 j’ai composé une chanson sur un ton humoristique intitulée « C’est la crise! » suite à la crise des « subprimes » de 2007-2008. Je m’étais fait prêter une caméra et j’avais tourner le clip dans ma studette (comme vous le savez une studette, c’est le nom joli qu’on utilise pour désigner un studio grand comme un placard). Je vivais dans le 19ème arrondissement de Paris dans un des quartiers les plus pauvres de la capitale. Je ne peux pas dire que j’en garde un excellent souvenir mais cela m’aura permis de faire l’expérience pendant quatre années inoubliables de ce que vivent des millions de français, je veux parler de vivre en dessous du seuil de pauvreté. Ce qui est, personnellement je trouve, un véritable scandale dans un pays riche comme la France.

Depuis j’ai grandement améliorer ma condition financière et je remercie toutes les personnes qui m’ont fait confiance. Mais ce qui m’énerve encore, c’est que c’est loin d’être le cas pour tout le monde malheureusement.

Bref, pour revenir à nos moutons, force est de constater que sept ans après la crise des subprimes, rien n’a changé comme je le prévoyais dans ma chanson :

« (…) Rien ne sera jamais plus comme avant? Autant pisser dans un violon, autant changer l’or en plomb (…) »

Faut pas prendre les gens pour des truffes, les beaux discours politiques ont accouché de… rien du tout. Car à l’heure actuelle une bulle est en train de grossir sur les marchés financiers et il est fort probable qu’elle éclate dans un avenir plus ou moins proche.

L’économie de marché, entre mensonge et manipulation

On nous bassine à longueur d’année avec le fait qu’il faut libérer les marchés partout. Les services publics doivent être privatisés et ouverts à la concurrence. Il faut qu’il y ait plus de compétition. La fameuse main invisible du marché selon l’économiste Adam Smith. Tout ça voulu par l’Union Européenne bien-sûr.

Tous ces discours mensongers volent en éclat quand on voit qu’en réalité ces marchés sont manipulés du matin au soir. Pour faire simple, les banques centrales créent de la monnaie à partir de rien pour l’injecter dans le système et soutenir les actions, c’est à dire le CAC40 et autres indices regroupant les grandes entreprises internationales. Comment vous dire, c’est comme si vous possédiez un ordinateur sur lequel vous pourriez entrer la somme que vous voulez et cette somme serait directement créditée de façon à ce que votre portefeuille boursier continue de grossir, si tant est que vous en ayez un. C’est vraiment cela qui se passe.

S’il y a un endroit où les marchés fonctionnent comme s’ils étaient administrés à la soviétique, c’est bien l’économie de marché de nos jours. D’un côté la concurrence et la compétition pour le peuple et de l’autre la manipulation à la hausse pour les plus riches, pour qu’ils soient encore plus riches.

Une nouvelle crise se prépare

La conséquence de cette mascarade c’est que les indices sont complètement décorrélés avec la réalité. Et tôt ou tard la réalité finit toujours par éclater comme vous vous en doutez. Combien de temps ce mensonge va-t-il durer? Je l’ignore mais le jour où ça va éclater, on risque de se taper de nouveau une crise économique qui aura des conséquences graves… pour le peuple bien-sûr qui paiera l’addition quand les plus riches auront déjà encaissé leur bénéfice.

Arrêtons de participer à ce jeu truqué

« Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. » Henry Ford

Accepteriez-vous de jouer à un jeu où les règles sont truquées? J’imagine que non. Puisque le système se nourrit de notre labeur, il devient raisonnable d’arrêter de travailler tant que les règles du jeux sont falsifiées. Je reviendrais sur ce point dans un prochain article si vous le voulez bien, parce que là, il faut que je fasse une sieste, j’ai trop travaillé.

Paroles de ma chanson « C’est la crise »

C’est la crise, c’est le krach
C’est le coup de crasse
C’est la crise, c’est l’arnaque
On l’a dans le « ass »

Tous ces financiers si bons
Oh si bons
Tous pleins de belles intentions
Pour le monde et ses pions

Mais c’est la crise, c’est la crasse
C’est le coup de crosse
Dans ta gueule quand tu bosses
Et ça sent le gaz

La démocratie c’est bon
Oh c’est bon
Travailler pour les actions
Toujours plus de pognon
Pour toujours les mêmes cons

C’est la crise, c’est la crotte
C’est le coup de crasse
On en a plein les bottes
De toute cette chiasse

A partir de maintenant
Parait-il ça change de ton
ça sera plus jamais comme avant
Pisser dans un violon
Autant changer l’or en plomb