Les agriculteurs: la première chose qu’on devrait faire c’est les protéger

agriculteurs image gratuite pixabay

« Quand le dernier arbre aura été coupé, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, seulement après tout ça, vous vous apercevrez que l’argent ne se mange pas ! »

Voilà ce qu’a dit un indien d’Amérique quand il a vu l’homme blanc massacrer son pays et sur-exploiter ses richesses naturelles. Alors j’ai envie de pousser un coup de gueule car nous en sommes là, ici aussi en France.

Outre le fait que la France soit le troisième pays au monde à utiliser le plus de pesticides et donc à empoisonner complètement les écosystèmes, un agriculteur se suicide tous les deux jours. Les cours des denrées qui s’effondrent, les contraintes administratives et environnementales (paradoxalement) trop lourdes, il est évident que l’agriculture familiale n’est pas à la bonne place. C’est à dire qu’elle devrait être à la première place dans l’estime de tous les citoyens à commencer par les responsables politiques. Tout simplement parce que sans les agriculteurs et tout spécialement les petits agriculteurs, nous ne sommes rien. Sans les agriculteurs, impossible de nous nourrir et donc impossible de continuer nos activités. Sans les agriculteurs, toute la pyramide sociale s’effondre en, disons, trois jours. Sans les agriculteurs, j’ai l’air de quoi avec mes chansons sans déconner ?

Je fais une digression mais oui c’est super de faire de la musique, d’écrire des chansons. Je ne pense pas m’arrêter un jour quoiqu’il arrive, parce que j’ai ça dans les tripes. Sur le Titanic, alors que le bateau était en train de sombrer, les musiciens continuaient de jouer. Peut-être parce qu’ils sentaient la fin proche, la musique sonnait comme une dernière prière. Mais ce n’est pas ce que nous voulons, sombrer. Ce n’est pas ce que nous voulons pour nos enfants, pour les générations futures. Si on ajoute à ça la fin proche de la production du pétrole, je peux vous dire qu’on a intérêt à se magner le c** de prendre soin de nos producteurs locaux ! Car les transports de nourriture d’un bout de la terre à l’autre c’est bientôt fini ! On va atteindre le pic de production d’ici quelques années, il faudra alors tout repenser en local, si on veut continuer à vivre.

« L’agriculture c’est la base de la culture » (Maurice Béjart)

C’est quoi prendre soin des agriculteurs à l’échelle du particulier ? C’est acheter leurs produits directement chez eux, sans intermédiaire, sans les grandes surfaces qui sont de vrais vampires. Perso, j’achète mes fruits et légumes au marché chez des producteurs bio ou alors qui font de l’agriculture raisonnée, c’est à dire traitée que si c’est nécessaire. Et bien souvent, ça ne l’est pas. Et si je veux des bananes, je les prends dans un magasin bio qui seront payées au prix équitable. Ce n’est pas forcément plus cher, une fois j’ai fait une comparaison, les bananes bio d’un hypermarché bien connu étaient plus chères au kilo que dans le magasin bio où je vais d’habitude ! En plus de ça ils se foutent vraiment de la gueule du monde car le poids n’était pas précisé sur l’emballage. Genre on vous vend un kilo mais en réalité le paquet fait 750 grammes !

Alors vous allez me dire que tout le monde n’a pas le budget pour se payer de la bonne bouffe, alors moi je vous dis que si vous allez chez les producteurs, ça ne vous coûtera pas plus cher qu’en supermarché et en plus ce sera bien meilleur.

« L’agriculture, qui est le fondement de la vie humaine, est la source de tous les vrais biens »
(François de Salignac de La Mothe-Fénelon)

légumes

Bien-sûr tous les produits ne viennent pas de France mais peu importe d’où ils viennent, les paysans du monde entier devrait faire l’objet d’une attention toute particulière tant au niveau des aides pécuniaires que morales. Ils devraient être soutenus pour produire une agriculture respectueuse de l’environnement et non pas contraints. Ils devraient être soutenus pour faire de la qualité plus que de la quantité. Par exemple, pour avoir le bénéfice nutritionnel d’une pomme cultivée il y a cinquante ans (je ne parle pas des calories mais des nutriments) il faudrait de nos jours en manger vingt-cinq ! Parce qu’à force de tirer sur la terre sans lui laisser le temps de se recharger, et bien elle n’a plus rien à donner. Parce qu’à force de faire des croisements pour avoir des fruits plus beaux en apparence, plus gros, ils ont un patrimoine nutritionnel réduit. Après on s’étonne qu’il y a de plus en plus de malades. On nous vend de la bouffe vide ! On s’étonne que le monde marche sur la tête, qu’il n’a plus aucun sens, vide de sens, vide d’espoir, vide d’amour. On nous vend du vide.

Vite une révolution intérieure ! A nous de reprendre le sens en commençant par protéger nos agriculteurs locaux ! Car il ne faut pas attendre que les pignoufs qui nous gouvernent fassent quelque-chose, ils sont eux-même vides de tout !
Ouf ça fait du bien de gueuler !:)

PS: En parlant de gueuler, je vous renvoie à ma chanson « Céréales killer », une autre histoire d’agriculture… ou encore mon article « Le bonheur se trouve dans vos intestins »